Sauvons les Monts d’Arrée, menacés par un poulailler-usine

Une nouvelle fois, les habitants, vacanciers, amoureux des Monts d’Arrée, ont à défendre la terre, l’air et l’eau du « château d’eau » du Finistère.

L’EARL du MENVEN au TREHOU (29) a déposé le 13 mars 2017 une étude concernant l’extension d’un élevage avicole industriel : passage de 64.260 à 208.250 volailles (en animaux équivalents) avec construction de deux nouveaux poulaillers et la mise à jour du plan d’épandage des fientes produites. Les communes de Le Tréhou, La Feuillée, Loqueffret, Sizun, Brennilis et Locmélar sont concernées par ce plan.

Les signataires demandent que le projet soit rejeté, que les parcelles des flancs des Monts d’Arrée soit exclues de tout plan d’épandage afin de préserver ce site à forte valeur patrimoniale et environnementale, véritable « château d’eau » du Finistère.

Signez la pétition

Voici le courrier adressé aux décideurs par les habitants de La Feuillée :

Madame la Ministre de l’Environnement,
Monsieur le Ministre de l’Agriculture,
Monsieur le Président du Conseil Régional de Bretagne,
Madame la présidente du Conseil département 29,
Monsieur le Préfet du Finistère,
Monsieur le Commissaire enquêteur,

PETITION CONTRE LE PROJET D’EXTENSION D’UN POULAILLER
au Tréhou et de son plan d’épandage dans les Monts d’Arrée,

L’EARL du MENVEN 29 a déposé le 13 mars 2017 une étude concernant l’extension d’un élevage avicole : passage de 64.260 à 208.250 volailles (en animaux équivalents) avec construction de deux nouveaux poulaillers et la mise à jour du plan d’épandage des fientes produites. Les communes de Le Tréhou, La Feuillée, Loqueffret, Sizun, Brennilis et Locmélar sont concernées par ce plan.

Les citoyens dont les noms suivent, après avoir pris connaissance du dossier, se déclarent opposés à ce projet pour les raisons suivantes :

Au niveau juridique

- Non respect des modalités d’affichage de la publicité décrites dans l’ arrêté du 24 avril 2012 fixant les caractéristiques et dimensions de l’affichage de l’avis d’enquête publique mentionné à l’ article R.123-11 du code de l’environnement.
- Manque de clarté dans la rédaction de l’arrêté préfectoral du 8 février 2017 et de l’avis d’enquête publique se déroulant du 13 mars au 13 avril 2017.

Rapport du bureau d’étude

Le dossier est incomplet et parfois peu lisible :
- Pour la carte de La Feuillée (29690), les parcelles concernées par l’épandage sont regroupées en ilots, mais les parcelles ne sont pas identifiées.
- L’échelle trop petite des cartes rend difficile toute lecture correcte.
- Les études d’impact sur la biodiversité et sur l’activité économique sont quasi inexistantes.
- Le bilan énergétique de l’exploitation n’est pas complet : le coût énergétique du transport, par exemple celui lié à l’épandage, n’a pas été pris en compte.
Il ne prend pas en compte la charte du PNRA dans lequel sont situées plusieurs communes concernées par le plan :
« Le territoire classé en PNRA n’a pas vocation à recevoir des quantités importantes d’amendements, il devrait faire à cet égard l’objet d’une gestion différenciée, lui permettant d’atteindre des objectifs d’une qualité des eaux optimale. Le report d’excédents d’effluents d’élevages intensifs et de déchets agroalimentaires ou d’autres déchets industriels, ou de boues de station d’épuration en provenance d’établissements situés hors du PNRA n’est pas compatible avec cet objectif »
- Il n’indique pas pour chaque parcelle quelle est l’aptitude des sols à recevoir un épandage.
- Indications sur le dispositif de protection bocager insuffisantes.
- Ni L’EPAGA ni le PNRA n’ont été consultés pour l’élaboration du dossier alors que plusieurs communes recevant les épandages sont situées dans le PNRA .

Risques sanitaires et environnementaux

A La Feuillée, risque de pollution des sols de parcelles contiguës aux périmètres de captages d’eau destinée à la consommation humaine. D’où un risque de pollution de l’eau potable.

Cette eau est aussi utilisée dans le cadre d’activités économiques :
Canalisation reliant directement la zone des captages et une brasserie artisanale,
Entreprise de fermentation végétale labellisée écocert,
Maraîchage bio et herboristerie

Risque de pollution bactériologique de l’eau des rivières issues Monts d’Arrée : château d’eau du Finistère, tête du bassin versant de l’Aulne.

Pollution de l’air par les déjections épandues avec un impact sur le tourisme vert de randonnées pédestres, équestres et le cyclotourisme, avec un risque accru de mortalité des chevaux liés à présence d’antibiotiques dans les déjections.

Risque de surmortalité des abeilles (nombreux ruchers).

Risque pour les moules perlières vivant dans l’Ellez. Cette espèce a fait l’objet d’un programme de protection (LIFE+) porté par l’union européenne et soutenu par la Région Bretagne, le Conseil départemental, le Ministère de l’environnement. Cette protection est un enjeu majeur de la sauvegarde de la biodiversité. Il s’agit d’une espèce marqueur de la bonne santé de l’environnement.

Modification du paysage lié à l’épandage : destruction des pâtures, labour des parcelles et cultures (va à l’encontre des préconisations inscrites dans la charte du PNRA).

Projet qui nuit à l’économie locale

Atteinte au tourisme vert (destructions de chemin, nuisances olfactives…)

Atteinte aux entreprises dépendant de la bonne qualité de l’eau
canalisation reliant directement la zone des captages et une brasserie artisanale
Entreprise de fermentation végétale labellisée écocert
Maraîchage bio et herboristerie

Transfert d’activité d’une ferme située à Brennilis vers Le Tréhou

Problèmes prévisibles sur l’activité apicole

Problèmes prévisibles sur la voirie
Il n’y a pas à la Feuillée de voirie adaptée à la taille des engins agricoles permettant le transport des déjections de volailles. De nombreuses parcelles ne sont accessibles que par des chemins. La remise en état de la voirie et des chemins sera à charge des communes.

Manque de crédibilité de l’agriculteur

Celui-ci a procédé à un arasement de talus de parcelles qu’il exploite et concernées par le plan.
La Feuillée étant en site inscrit de monts d’Arrée, une déclaration préalable d’arasement était obligatoire.
Or celle-ci n’a pas été déposée, et l’arasement s’est fait de manière illégale.

Bien-être animal

Elevage industriel générant un stress animal

Exportation des volailles

Volailles destinées à l’exportation vers des pays « émergents » (Moyen-Orient par ex), accentuant ainsi la misère des populations locales.

En conclusion :
Les signataires demandent que le projet soit rejeté, que les parcelles des flancs des Monts d’Arrée soit exclues de tout plan d’épandage afin de préserver ce site à forte valeur patrimoniale et environnementale, véritable « château d’eau » du Finistère.

Navigation

AgendaTous les événements

Publications Derniers articles publiés