Léonetti 2, la farce continue Devra-t-on lutter pour gagner la liberté de mourir dans la dignité ?

, par  Forum citoyen22

La loi autorisant la contraception fut applicable il y a 43 ans. La loi légalisant l’avortement a tout juste 40 ans. On pouvait croire que l’État français reconnaissait le droit de tout un chacunE à la libre disposition de son corps. Il n’en est rien. L’église, l’ordre des médecins, qui ont bataillé pendant des décennies contre la liberté des femmes, bataillent maintenant contre la liberté de mourir dans la dignité.


A l’instar des mouvements féministes des années ’60 et ’70, faudra-t-il organiser des manifestations de rues et revendiquer publiquement des suicides assistés pour changer nos lois sur les fins de vie ?

Faut-il abandonner les médecins qui écoutent les demandes de leurs patients et refusent leurs souffrances inutiles, au bricolage et à l’illégalité ?

Le projet de loi Léonetti 2, s’il impose aux médecins d’appliquer les directives anticipées de mettre fin aux traitements de survie, ne permet que de laisser mourir les malades de faim et de soif (« traitement » nommé « sédation profonde »).

Quant aux personnes atteintes de maladies neurodégénératives, maladies rares pour lesquelles il n’existe aucun médicament, elles n’auront, pour la plupart, que le choix de supporter de longs mois leur état d’indescriptibles souffrances morales avant de pouvoir "bénéficier’ de la mort de faim et de soif, ou de se suicider prématurément de mort violente.

Le Docteur Bernard Senet, généraliste, membre de la commission médicale de l’ADMD (Association pour le Droit de Mourir dans la Dignité) qui milite pour la légalisation de l’euthanasie volontaire, faisait le point lors d’un café-débat en mars 2013, sur les soins palliatifs, la loi Léonetti, l’euthanasie, le suicide assisté et le fonctionnement aberrant du système médical français.

Depuis 1978 médecin agréé à l’Hôpital Local de l’Isle sur la Sorgue en service de soins de suite et de rééducation (moyen séjour), de long séjour et de soins palliatifs, le Docteur Bernard Senet a participé à la création des 5 lits de soins palliatifs en 2000. Président de la Commission médicale d’établissement de 2001 à 2010. Cofondateur de Vaucluse Alzheimer (association de familles de malades).

Partie 1 : introduction et histoire de la fin de vie en France.

Partie 2 : Comment se passe la fin de vie en France.

Partie 3 : Suicide assisté et directives anticipées.

Partie 4 : Les soins palliatifs et les effets pervers de la tarification à l’acte des hôpitaux.

Navigation

AgendaTous les événements

juillet 2018 :

Rien pour ce mois

juin 2018 | août 2018

Publications Derniers articles publiés