Lettre ouverte au Préfet de Bretagne : « Je n’avais encore jamais vu autant de haine s’abattre sur la population française. »

, par  ForumCitoyen22

Sandrine LUCAIN, une cadre anti libérale de 50 ans, qui a participé, en famille, à la manifestation du 9 avril, à Rennes, témoigne, dans une lettre ouverte au préfet, de la violence et des provocations des forces « de l’ordre », contre les manifestantEs pacifiques, surtout les femmes « parce qu’elles courent moins vite ». Elle-même, ses enfants, des amiEs de ses enfants y furent blesséEs par la police.

Monsieur le Préfet d’Ille et Vilaine
PREFECTURE D’ILLE VILAINE
3 avenue de la Préfecture
35000 RENNES
Rennes, le 12 avril 2016

Objet : Lettre ouverte à Monsieur Patrick Strzoda, Préfet d’Ille et Vilaine

Nous ne sommes pas des casseurs et pourtant nous nous sommes fait casser !!!

Monsieur le Préfet,

J’ai 50 ans et je suis cadre du secteur privé. Si aujourd’hui, je prends la peine de vous écrire c’est que je ne peux pas rester muette face à l’extrême brutalité et la violence dont nous avons été victimes de la part des forces de police, ma famille et moi-même lors de la manifestation du 9 avril dernier sur Rennes.

Nous sommes des gens pacifiques mais déterminés à user de notre droit républicain et démocratique de dire haut et fort notre mécontentement face aux politiques ultra-libérales menées par notre gouvernement actuel et ceux qui l’ont précédés. Nous étions donc dans la rue pour participer à la manifestation qui avait lieu ce samedi, comme je l’ai fait à maintes reprises depuis ma jeunesse lorsque cela me semblait justifié. Jamais jusque-là, je n’avais constaté une telle agressivité des forces de police chargées d’assurer la sécurité et l’ordre public.
Tout au long de la manifestation, nous avons reçu de leur part des jets de bombes lacrymogènes, sans raison apparentes puisque la foule défilait dans le calme.

Sachant que les jeunes s’échauffent facilement, comment ne pas entrevoir là une tentative intentionnelle de générer les débordements que vous dites craindre et vouloir éviter à tout prix ?

Et en effet, en début d’après-midi, nous nous sommes retrouvés place des Lices et j’ai pu constater que quelques esprits s’échauffaient (représentant une cinquantaine de manifestants sur les 2 000 que nous étions environ). J’ai alors pris la décision de quitter la manifestation.
C’est à ce moment que je me suis rendue compte que nous étions complètement cernés par les CRS et le temps que je comprenne ce qui se passait, nous étions chargés par les forces de police dans un déferlement de gaz lacrymogènes, d’injures et de coups de matraques !

Je n’avais encore jamais vu autant de haine s’abattre sur la population française. Que vous donniez l’ordre de faire évacuer la place afin d’éviter que la manifestation ne dégénère en affrontement, je peux le comprendre mais la violence enragée avec laquelle le dispersement a été mené par vos agents est tout simplement injustifiable et inadmissible.

Dans un communiqué de presse fait à l’Indépendant du 4 avril dernier, vous affirmiez :
« Je dispose des moyens policiers », a souligné le préfet, précisant leur avoir donné pour instruction de « réagir de manière adaptée et proportionnée ». « Quand on dit qu’il y a des violences policières, je voudrais rappeler que les violences sont le fait de casseurs hostiles et agressifs ».

« Tire-toi de là, connasse !  »
J’ai reçu moi-même un coup de matraque dans le haut de la cuisse accompagné d’injures « Tire-toi de là, connasse ! » alors que je tentais de m’enfuir. Coup qui m’a laissé un énorme et douloureux hématome. Une des jeunes amies de ma fille s’est fait également casser la clavicule par un coup de matraque. Un autre ami de mes enfants s’est fait rouer de coups et interpeler alors qu’il tentait de fuir, coincé dans une impasse lorsque vos agents ont chargé.
C’était la première fois de sa vie qu’il participait à une manifestation…

J’ai également vu des crânes ouverts et des mains abimées parmi les manifestants en panique et je tiens à signaler que la plupart des personnes que j’ai vues blessées étaient des femmes. Des casseuses ? Non, elles courent juste moins vite…

Des collègues m’ont également rapporté avoir été gazés sans raison apparente alors que la foule des manifestants défilait plut tôt dans la matinée et dans le calme.
Il y avait de toute évidence provocation de la part des forces de l’ordre alors que le cortège était en majorité constitué de gens venus en famille et de syndicats ayant leur service de sécurité.

Si je pouvais m’attendre à ce type de réaction disproportionnée sous un régime d’extrême droite, je n’avais jamais imaginé que cela puisse arriver sous un gouvernement de gauche qui prône officiellement le dialogue social mais qui dans les coulisses matraque ses jeunes et sa population pour avoir osé lui résister.

Aussi, je vous informe que j’ai déposé une plainte auprès du commissariat de Rennes pour coups et blessures volontaires de la part d’un agent de la force publique, et ai fait constater ma blessure auprès d’un médecin légiste du CHU de Rennes. J’étais venue manifester de façon pacifique, aujourd’hui, je suis très en colère et très remontée contre vous, vos agents et le gouvernement.

Nous entrons dans une ère de totalitarisme à laquelle je refuse de me soumettre. Je résisterai et demanderai à mes enfants, à notre jeunesse de résister.
Oui Monsieur le Préfet, j’ai mal à ma France et je suis de plus en plus inquiète sur le devenir des générations futures ! Quelle société leur réservez-vous ? Musellement, chômage, répression, violences policières !!!

Ce courrier, je le veux ouvert à tous et je le publierai donc sur les réseaux sociaux, l’enverrai aux médias, aux syndicats et aux comités s’érigeant petit à petit pour dénoncer les violences faites aux manifestants.

Ce courrier je le veux comme un témoignage, non pas d’une étudiante de 20 ans à qui l’on n’accorde aucun crédit parce que si elle s’est fait frapper, c’est forcément qu’elle faisait partie des casseurs. Moi je suis une mère de famille de 50 ans, cadre du secteur privé, travaillant dans un organisme reconnu d’utilité public, et je témoigne de ce que j’ai vu et vécu, et je dénonce les mensonges et détournements de la vérité que l’on entend dans vos déclarations, celles du gouvernement et dans les informations que nous diffusent les médias sans même en avoir contrôlé la véracité.

Ce courrier, je le fais également pour vous interpeler sur le fait que si ce n’est pas vous qui avez donné l’ordre d’une telle action, et je l’espère très sincèrement, il est grand temps de reprendre vos troupes en main et de vous faire respecter, Monsieur le Préfet, en tant que garant de la sécurité et de l’ordre public mais également en tant que garant du respect des droits démocratiques et républicains de tous, qui font la fierté et la grandeur de notre pays.

Aurez-vous l’honnêteté de remettre en cause le comportement de vos agents afin de rétablir la vérité et de rectifier le communiqué que vous avez publié dans le parisien, le 9 avril 2016 à 19h30 ? Aurez-vous également le courage de faire des excuses publiques pour les personnes qui ont été molestées et blessées par les policiers dont vous aviez la responsabilité ?

Non Monsieur le Préfet, nous n’étions pas des casseurs et pourtant nous nous sommes fait casser !

Dans l’attente d’un retour de votre part, je vous prie d’agréer, Monsieur le Préfet, mes salutations respectueuses.

Sandrine LUCAIN

Patrick Strzoda est préfet de la région Bretagne, préfet de la zone de défense et de sécurité Ouest, préfet d’Ille-et-Vilaine.

Le logo est extrait d’un dessin de Michel Heffe.
La photo du préfet vient d’ICI

Navigation

AgendaTous les événements

décembre 2017 :

Rien pour ce mois

novembre 2017 | janvier 2018

Publications Derniers articles publiés

Brèves Toutes les brèves